Accueil A LA UNE Diffamation sur les réseaux sociaux : « Cisqueau Kagébet » ou  « Narcis KGB » mis aux...

Diffamation sur les réseaux sociaux : « Cisqueau Kagébet » ou  « Narcis KGB » mis aux arrêts

53
0

La quête absolue de notoriété, d’abonnés ou encore de « likes » sur les réseaux sociaux via des buzz a donné naissance à une nouvelle catégorie de personnes qui paraissent comme dépourvues de morale et de conscience. Ces personnes sont prêtes à tout pour de la visibilité allant même jusqu’à tenir des propos diffamatoires ou des injures à l’encontre d’honnêtes citoyens. Elles le font sans toutefois tenir compte des lois et des blessures infligées aux victimes. YNB est l’un d’entre eux, suivons son histoire.

FS, LYJ, MMS, DAM, MA, YMC, BMO, NBI, et GSM sont des personnages publics présentent sur internet. Elles sont à tour de rôle victimes de propos diffamatoires et d’injures sur le réseau social Facebook par les utilisateurs des comptes « Cisqueau Kagébet » et « Narcis KGB ». Vu la récurrence des publications et l’impact moral, psychologique et social que cela générait, chacune de ces personnes a jugé utile de porter plainte à la Plateforme de Lutte Contre la Cybercriminalité (PLCC). Au total « Cisqueau Kagébet » et « Narcis KGB » font l’objet d’un nombre important de plaintes auprès de PLCC.

Après les investigations menées par la PLCC et le Laboratoire de Criminalistique Numérique (LCN), YNB est interpellé et conduit dans les locaux de la PLCC. Lors de son interrogatoire, il reconnaît être l’utilisateur exclusif des comptes Facebook « Cisqueau Kagébet » et « Narcis KGB » et reconnaît également être l’auteur des différentes publications incriminées sur ceux-ci. Il se justifie en disant qu’il a juste voulu interpeller certaines victimes sur des rumeurs se propageant sur la toile et qui les concernaient.

Il a par la suite ajouté qu’il souhaitait aussi dénoncer des actes qui ne véhiculaient pas de bonnes mœurs (selon lui) au travers de ses posts. À la question de savoir d’où sortait-il ses informations, il affirme les obtenir par ses propres investigations. Pour finir, YNB déclare ne rien percevoir de cette activité.

YNB a été conduit au parquet pour publication de données à caractère personnel, diffamation et injures au moyen d’un système d’information.

BS